IEC, ARA II et gliptines: attention aux angioedèmes bradykiniques

L'ANSM invite les professionnels de santé et les patients à être particulièrement attentifs aux signes évocateurs d'angioedème bradykinique, en cas de prise d'inhibiteur de l'enzyme de conversion (IEC), antagoniste des récepteurs de l'angiotensine II (ARA II ou sartan) et des inhibiteurs de la dipeptidylpeptidase IV (famille des gliptines).

L'apparition d'un angioedème bradykinique chez un patient traité par IEC ou ARA II doit conduire à l'arrêt immédiat du médicament et à sa contre-indication à vie.