PLAQUENIL et KALETRA testés seulement à l'hôpital pour les patients COVID-19

Conformément à l’avis du Haut conseil de santé publique du 24/03/2020  (HCSP) et au  décret du 25 mars 2020 , le recours au PLAQUENIL (hydroxychloroquine) et au KALETRA (lopinavir/ritonavir) peut s’envisager à titre exceptionnel et uniquement dans le cadre d’une prescription et d’une dispensation aux patients hospitalisés.

Ces médicaments ne doivent être utilisés ni en automédication, ni sur prescription d’un médecin de ville, ni en auto-prescription d’un médecin pour lui-même, pour le traitement du COVID-19 .

Par ailleurs, les médicaments à base de chloroquine et hydroxychloroquine peuvent entraîner des effets indésirables graves, tels que des atteintes de la peau (toxidermie), des hypoglycémies sévères, des troubles psychiatriques ou des troubles du rythme cardiaque (arythmie).

L’association de l’hydroxychloroquine avec l’azithromycine pour traiter la maladie COVID-19 expose à un risque majoré d’anomalie du système électrique du cœur. Elle ne peut être envisagée en dehors d’une surveillance cardiologique hospitalière.