A la suite de signalements de cas d'erreurs médicamenteuses, HALDOL 2 mg/ml ne sera disponible qu'en flacon compte-gouttes de 30 ml à compter du 30 mars 2020.

En savoir +

La spécialité TIAPRIDAL 5 mg/goutte devient TIAPRIDAL 138 mg/ml. Le dosage n'est pas modifié (1 goutte= 5mg de tiapride base). La pipette compte-goutte est remplacée par une seringue doseuse graduée en mg qui ne permet pas de délivrer des doses orales inférieures à 25 mg. Les prescripteurs doivent indiquer sur l'ordonnance, la posologie à administrer en mg et la fréquence des prises.

En savoir +

Prudence avec XELJANZ chez les patients à risque élevé de thrombose

A la suite de la réévaluation du rapport bénéfice/risque de XELJANZ (tofacitinib), l'EMA recommande d'utiliser ce médicament avec prudence chez les patients présentant des facteurs de risque connus de thrombose, quelle que soit son indication et la posologie. Les patients doivent être attentifs aux symptômes de thrombose : essoufflement soudain ou difficulté à respirer, douleur à la poitrine ou au dos, toux sanglante, transpiration excessive, peau moite ou bleuâtre

En savoir +

Nouvelles mesures pour LEMTRADA (alemtuzumab)

A la suite de signalements de réactions immunitaires et cardiovasculaires graves chez les patients traités par alemtuzumab lors d'une forme active de sclérose en plaques récurrente rémittente, l'EMA a adopté les meures suivantes : Restriction de l'utilisation de LEMTRADA Introduction de nouvelles contre-indications Obligation d'administrer le traitement dans un hôpital adapté

En savoir +

Risque de migration de l'implant contraceptif NEXPLANON

Des cas de lésion neurovasculaire et de migration de l'implant NEXPLANON depuis le site d'insertion vers l'intérieur du bras, voire vers l'artère pulmonaire ont été rapportés. Pour réduire ce risque d'insertion trop profonde, l'ANSM a émis des recommandations et rappelle que les praticiens posant ce type d'implant doivent avoir suivi une formation pratique.

En savoir +

Des cas de carcinome épidermoïde cutané ont été rapportés chez des patients utilisant PICATO et certaines études cliniques montrent une incidence augmentée de cancers cutanés.

En savoir +

Malgré l'absence de données d'efficacité suffisantes pour justifier une administration par voie sous-cutanée (SC), dans certaines situations, le clinicien peut juger indispensable une administration SC de ceftriaxone, sous réserve d'en informer le patient ou sa famille. Des effets indésirables peuvent survenir au site d'injection et même dans de rares cas, des nécroses.

En savoir +

Pas de ceftriaxone (ROCEPHINE et génériques) par voie sous-cutanée

L'EMA a décidé en 2014, de restreindre l'administration des spécialités de ceftriaxone aux voies intraveineuse (IV) et intramusculaire (IM). Des effets indésirables cutanés tels qu'érythème, rash, douleurs, oedèmes ou même nécrose sont survenus au niveau du site d'injection avec la voie sous-cutanée (SC).

En savoir +

Afin d'éviter un risque de réactions au site d'injection (érythème, oedème, douleur, thrombophlébite, nécrose tissulaire) liées à des particules d'acide libre, un nouveau dispositif de filtration à usage unique (B.Braun Mini Spike filter) sera fourni dans chaque étui de DANTRIUM intraveineux.

En savoir +

FLAMMAZINE (sulfadiazine argentique) seulement en cas de brûlure

L'ANSM a décidé de réserver l'utilisation de FLAMMAZINE crème à la prise en charge des brûlures à partir du second degré. FLAMMAZINE ne doit pas être employée sur des plaies qui ne sont pas des brûlures. Elle est contre-indiquée chez l'enfant de moins de 2 mois et doit être utilisée avec prudence chez l'enfant de moins de 2 ans en raison du risque de passage systémique.

En savoir +

Pages