Fluoroquinolones et atteintes valvulaires cardiaques

Fluoroquinolones et atteintes valvulaires cardiaques : En 2018, les fluoroquinolones avaient fait déjà l’objet d’une alerte sur le risque augmenté d’anévrysme et de dissection aortique. En 2019, l’APURONE (fluméquine), seule quinolone commercialisée en France, a été retirée du marché à la suite d’une réévaluation européenne jugeant le rapport bénéfice/risque défavorable ; en effet, il était relevé des effets indésirables graves, durables (durant plusieurs mois ou années), invalidants et potentiellement irréversibles, affectant principalement le système musculo-squelettique et le système nerveux. Aujourd’hui, les fluoroquinolones augmenteraient le risque de régurgitation mitrale et aortique d'environ 2 fois chez les patients prenant des fluoroquinolones par voie systémique par rapport aux patients prenant d'autres antibiotiques (amoxicilline ou azithromycine). En effet, les fluoroquinolones entraînerait une dégradation du collagène dans les myofibroblastes aortiques, comme on observe une dégradation du collagène dans la survenue des affect[...]

En savoir +

ESBRIET (pirfénidone) et atteintes hépatiques

ESBRIET (pirfénidone) et atteintes hépatiques : La pirfénidone est indiquée dans la fibrose pulmonaire idiopathique légère à modérée. Connue pour ses réactions de photosensibilisation, une mise en garde sur son hépatotoxicité est aujourd’hui publiée. En effet, des cas graves de lésions hépatiques ont été récemment signalés avec la pirfénidone, dont certains d'issue fatale. Aussi, un bilan hépatique (ALAT, ASAT, bilirubine) doit être réalisé avant de commencer un traitement pirfénidone, puis une surveillance mensuelle pendant les 6 premiers mois de traitement puis tous les 3 mois pendant toute la durée du traitement doit être instaurée. Une augmentation des transaminases peut nécessiter une réduction de dose, une interruption de traitement ou un arrêt définitif du traitement par pirfénidone. En cas d’augmentation significative des aminotransférases hépatiques avec une hyperbilirubinémie, le traitement par ESBRIET (pirfénidone) doit être arrêté définitivement

En savoir +

Commercialisation de BACLOCUR et fin de RTU pour les autres baclofène

La spécialité BACLOCUR (bacloféne) indiquée dans le taitement de l'acoolo-dépendance sera commercialisée à partir du 15 juin 2020. La RTU de LIORESAL 10mg et Baclofène Zentiva 10mg prendra fin dans cette indication. Deux documents pour favoriser le bon usage du BACLOCUR sont disponibles : Un guide pour les prescripteurs Une brochure à remettre aux patients

En savoir +

A la suite de signalements de cas d'erreurs médicamenteuses, HALDOL 2 mg/ml ne sera disponible qu'en flacon compte-gouttes de 30 ml à compter du 30 mars 2020.

En savoir +

La spécialité TIAPRIDAL 5 mg/goutte devient TIAPRIDAL 138 mg/ml. Le dosage n'est pas modifié (1 goutte= 5mg de tiapride base). La pipette compte-goutte est remplacée par une seringue doseuse graduée en mg qui ne permet pas de délivrer des doses orales inférieures à 25 mg. Les prescripteurs doivent indiquer sur l'ordonnance, la posologie à administrer en mg et la fréquence des prises.

En savoir +

Prudence avec XELJANZ chez les patients à risque élevé de thrombose

A la suite de la réévaluation du rapport bénéfice/risque de XELJANZ (tofacitinib), l'EMA recommande d'utiliser ce médicament avec prudence chez les patients présentant des facteurs de risque connus de thrombose, quelle que soit son indication et la posologie. Les patients doivent être attentifs aux symptômes de thrombose : essoufflement soudain ou difficulté à respirer, douleur à la poitrine ou au dos, toux sanglante, transpiration excessive, peau moite ou bleuâtre

En savoir +

Nouvelles mesures pour LEMTRADA (alemtuzumab)

A la suite de signalements de réactions immunitaires et cardiovasculaires graves chez les patients traités par alemtuzumab lors d'une forme active de sclérose en plaques récurrente rémittente, l'EMA a adopté les meures suivantes : Restriction de l'utilisation de LEMTRADA Introduction de nouvelles contre-indications Obligation d'administrer le traitement dans un hôpital adapté

En savoir +

Risque de migration de l'implant contraceptif NEXPLANON

Des cas de lésion neurovasculaire et de migration de l'implant NEXPLANON depuis le site d'insertion vers l'intérieur du bras, voire vers l'artère pulmonaire ont été rapportés. Pour réduire ce risque d'insertion trop profonde, l'ANSM a émis des recommandations et rappelle que les praticiens posant ce type d'implant doivent avoir suivi une formation pratique.

En savoir +

Des cas de carcinome épidermoïde cutané ont été rapportés chez des patients utilisant PICATO et certaines études cliniques montrent une incidence augmentée de cancers cutanés.

En savoir +

Malgré l'absence de données d'efficacité suffisantes pour justifier une administration par voie sous-cutanée (SC), dans certaines situations, le clinicien peut juger indispensable une administration SC de ceftriaxone, sous réserve d'en informer le patient ou sa famille. Des effets indésirables peuvent survenir au site d'injection et même dans de rares cas, des nécroses.

En savoir +

Pages