Des cas de carcinome épidermoïde cutané ont été rapportés chez des patients utilisant PICATO et certaines études cliniques montrent une incidence augmentée de cancers cutanés.

En savoir +

Malgré l'absence de données d'efficacité suffisantes pour justifier une administration par voie sous-cutanée (SC), dans certaines situations, le clinicien peut juger indispensable une administration SC de ceftriaxone, sous réserve d'en informer le patient ou sa famille. Des effets indésirables peuvent survenir au site d'injection et même dans de rares cas, des nécroses.

En savoir +

IEC, ARA II et gliptines: attention aux angioedèmes bradykiniques

L'ANSM invite les professionnels de santé et les patients à être particulièrement attentifs aux signes évocateurs d'angioedème bradykinique, en cas de prise d'inhibiteur de l'enzyme de conversion (IEC), antagoniste des récepteurs de l'angiotensine II (ARA II ou sartan) et des inhibiteurs de la dipeptidylpeptidase IV (famille des gliptines). L'apparition d'un angioedème bradykinique chez un patient traité par IEC ou ARA II doit conduire à l'arrêt immédiat du médicament et à sa contre-indication à vie.

En savoir +

Mitomycin MEDAC réservé à des indications jugées prioritaires

En raison d'une rupture de stock des spécialités AMETYCINE (mitomycine C), des quantités limitées de MITOMYCIN MEDAC (importé du maché scandinave) sont disponibles. A titre exceptionnel et transitoire, l'ANSM recommande que MITOMYCIN MEDAC soit réservé à la prise en charge des patients prioritaires dans les indications : Cancer de la vessie Cancer localement avancé du canal anal Chirurgie du glaucome

En savoir +

Pas de ceftriaxone (ROCEPHINE et génériques) par voie sous-cutanée

L'EMA a décidé en 2014, de restreindre l'administration des spécialités de ceftriaxone aux voies intraveineuse (IV) et intramusculaire (IM). Des effets indésirables cutanés tels qu'érythème, rash, douleurs, oedèmes ou même nécrose sont survenus au niveau du site d'injection avec la voie sous-cutanée (SC).

En savoir +

Afin d'éviter un risque de réactions au site d'injection (érythème, oedème, douleur, thrombophlébite, nécrose tissulaire) liées à des particules d'acide libre, un nouveau dispositif de filtration à usage unique (B.Braun Mini Spike filter) sera fourni dans chaque étui de DANTRIUM intraveineux.

En savoir +

FLAMMAZINE (sulfadiazine argentique) seulement en cas de brûlure

L'ANSM a décidé de réserver l'utilisation de FLAMMAZINE crème à la prise en charge des brûlures à partir du second degré. FLAMMAZINE ne doit pas être employée sur des plaies qui ne sont pas des brûlures. Elle est contre-indiquée chez l'enfant de moins de 2 mois et doit être utilisée avec prudence chez l'enfant de moins de 2 ans en raison du risque de passage systémique.

En savoir +

Selon une étude de pharmacovigilance, le risque d'encéphalopathie apparaît plus important avec la spécialité Ifosfamide EG en solution qu'avec la spécialité HOLOXAN en poudre, malgré la réduction de la durée de conservation d'Ifosfamide EG de 18 mois à 7 mois. L'ANSM recommande aux médecins de prendre en compte ce sur-risque lors de la prise en charge de leurs patients et de la gestion des encéphalopathies éventuelles. Il est également rappelé qu'en cas de développement d'une encéphalopathie, le traitement par ifsofamide doit être arrêté et ne doit pas être réintroduit.

En savoir +

Arrêt de production de la ranitidine

Par mesure de précaution, en raison de la présence d'une impureté (NDMA), la fabrication de la ranitidine (AZANTAC et génériques) est arrêtée. Pour mémoire, la ranitidine est un antisécrétoire gastrique de la classe des anti-H2. Elle est indiquée pour traiter le reflux gastro-oesophagien (RGO).  

En savoir +

Dysfonctionnement des stylos d'adrénaline injectable EMERADE

Des patients en Europe ont observé un blocage de l'aiguille dans certains stylos de la spécialité EMERADE, au moment de l'utilisation. Ce dysfonctionnement ne concerne pas les autres stylos d'adrénaline (ANAPEN, EPIPEN, JEXT).

En savoir +

Pages