Remise à disposition de BCG Medac

L'ANSM et l'AFU informent les professionnels de santé qu'à partir du 20 janvier 2020, le laboratoire Medac délivre 6 flacons de BCG Medac par patient en traitement d'induction de tumeurs de la vessie et 3 flacons par patient en traitement d'entretien. Néanmoins dans le contexte de tensions d'approvisionnement de BCG en instillation intravésicale, il reste obligatoire d'accompagner chaque demande de BCG Medac, du score du patient concerné.

En savoir +

Expérimentation du cannabis à usage médical bientôt en France

L'ANSM a initié des travaux sur l'évaluation de la pertinence et de la faisabilité de la mise à disposition du cannabis à usage médical en France. Le cannabis à usage médical peut être utile pour les patients dans certaines situations cliniques et en cas de soulagement insuffisant ou de mauvaise tolérance des traitements disponibles médicamenteux ou non.

En savoir +

Nouvelles mesures pour LEMTRADA (alemtuzumab)

A la suite de signalements de réactions immunitaires et cardiovasculaires graves chez les patients traités par alemtuzumab lors d'une forme active de sclérose en plaques récurrente rémittente, l'EMA a adopté les meures suivantes : Restriction de l'utilisation de LEMTRADA Introduction de nouvelles contre-indications Obligation d'administrer le traitement dans un hôpital adapté

En savoir +

Suspension de l'AMM de PICATO (maléate d'ingénol)

A la suite de la réévaluation en cours du rapport bénéfice/risque, l'EMA a décidé de suspendre l'AMM de PICATO. Le maléate d'ingénol utilisé dans le traitement des kératoses actiniques fait l'objet d'une surveillance particulière sur un éventuel sur-risque de certains cancers cutanés dans la zone traitée.

En savoir +

Durée de prescription du tramadol réduite à 3 mois

Afin de limiter les risques de mésusage et de dépendance, la durée maximale de prescription du tramadol sera réduite à 3 mois à partir du 15 avril 2020. Le tramadol indiqué dans le traitement des douleurs modérées à intenses expose à un risque de dépendance et peut être à l'origine de convulsions. Afin d'éviter un syndrome de sevrage, la posologie doit être diminuée progressivement avant l'arrêt du traitement.

En savoir +

Risque de migration de l'implant contraceptif NEXPLANON

Des cas de lésion neurovasculaire et de migration de l'implant NEXPLANON depuis le site d'insertion vers l'intérieur du bras, voire vers l'artère pulmonaire ont été rapportés. Pour réduire ce risque d'insertion trop profonde, l'ANSM a émis des recommandations et rappelle que les praticiens posant ce type d'implant doivent avoir suivi une formation pratique.

En savoir +

Attention avec les spécialités importées de Mitomycine C

A la suite de signalements d'erreurs médicamenteuses, l'ANSM rappelle aux professionnels de santé d'être particulièrement vigilants lors de l'utilisation ou la reconstitution de spécialités importées de Mitomycine C qui remplacent l'AMETYCINE en rupture de stock.

En savoir +

Alternatives à DEPAMIDE et DEPAKOTE dans les troubles bipolaires

En raison des tensions d'approvisionnement en spécialités DEPAMIDE et DEPAKOTE, l'ANSM recommande de ne pas initier de traitement à base de valproate chez les patients présentant des épisodes maniaques du trouble bipolaire. Des alternatives existent : lithium, carbamazépine, antipsychotiques tels que rispéridone, quiétapine, olanzapine ou aripiprazole.

En savoir +

L'ANSM rapelle que malgré la diminution de la durée de conservation, le sur-risque d'encéphalopathie persisterait chez les enfants traités par IFOSFAMIDE EG comparé à ceux traités par HOLOXAN.

En savoir +

Afin de favoriser le bon usage du paracétamol et des AINS, l'ANSM a décidé que ces médicaments ne pourront plus être présentés en libre accès, renforçant ainsi le rôle de conseil du pharmacien. En effet, ces médicaments sont sûrs et efficaces lorsqu'ils sont correctement utilisés, mais présentent des risques lors d'une utilisation inadéquate.

En savoir +