L’ANSM a été alertée sur les difficultés d’accès aux traitements PLAQUENIL (hydroxychloroquine) et KALETRA et son générique (lopinavir/ritonavir) pour les maladies chroniques(VIH, lupus, polyarthrite rhumatoïde…) dans les pharmacies en ville. En conséquence, l'ANSM demande aux pharmaciens d’officine de ne délivrer ces médicaments que sur prescription médicale dans leurs indications habituelles.

En savoir +

Le réseau français des CRPV a établi une fiche à destination des professionnels de santé faisant le point sur la chloroquine et l'hydroxychloroquine en rappelant que celles-ci ne doivent pas être utilisées dans la prise en charge des infections à coronavirus SARS-CoV-2, en dehors d'essais cliniques ou de prises en charge spécilaisées.  /sites/default/files/files/Point-information/Fiche%20Chloroquine%20MAJ%20200320%20final-np%20hg%20(2).pdf

En savoir +

Afin de réduire le risque de réaction d'hypersensibilité immédiate, l'ANSM rappelle aux professionnels de santé qui réalisent des examens d'imagerie avec produits de contraste, les précautions à observer et conduites à tenir. Les patients doivent être informés, en particulier les patients asthmatiques et les patients allergiques. Une surveillance médicale des patients pendant et après l'administration du produit de contraste (30 minutes) doit être mise en place et les moyens nécessaires à une réanimation d'urgence doivent être disponibles.

En savoir +

La contre-indication relative au risque de tumeur concernant initialement les patients ayant une tumeur diagnostiquée ou suspectée, cancéreuse ou non, a été étendue à tous les patients présentant une affection ou antécédent favorisant la survenue de tumeur. Les données disponibles suggèrent que le risque de tumeur peut être plus élevé chez les patients traités par INCRELEX alors qu'ils n'ont pas de déficit en IGF-1 ou chez ceux traités à des doses supérieures aux doses recommandées.

En savoir +

La rupture d'anneau est un effet attendu, très rare, pouvant survenir avec cette méthode contraceptive. Les signes évocateurs d'une rupture d'anneau contraceptif sont : inconfort vaginal, douleur vaginale de type pincement, saignement vaginal, expulsion spontanée de l'anneau rompu, non perception de la forme ronde de l'anneau à la palpation, douleurs lors des rapports sexuels. Une contraception d'urgence peut être à envisager, en raison du risque de grossesse.

En savoir +

Risques de troubles neuropsychiatriques liés au SINGULAIR (montélukast)

L'ANSM recommande aux patients et aux professionnels de santé d'être attentifs à toute apparition de troubles neuropsychiatriques (rêves anormaux, cauchemars, insomnie, somnambulisme, anxiété, agitation, troubles de l'attention, hallucinations, désorientation, idées suicidaires, etc.) au cours d'un traitement de l'asthme par montélukast.

En savoir +

Documents d'information sur les risques liés aux vasoconstricteurs

L'ANSM  a élaboré des documents d'information (pharmaciens et patients) sur les vasoconstricteurs par voie orale, en raison de la persistance d'effets indésirables graves (infarctus du myocarde, AVC) et d'un mésusage. https://www.ansm.sante.fr/content/download/172589/2255299/version/1/file/20200129_Vasoconstricteurs_pharmaciens_Rhume_web.pdf https://www.ansm.sante.fr/content/download/172587/2255285/version/1/file/20200129_Vasoconstricteurs_Patient_Rhume_web.pdf

En savoir +

Expérimentation du cannabis à usage médical bientôt en France

L'ANSM a initié des travaux sur l'évaluation de la pertinence et de la faisabilité de la mise à disposition du cannabis à usage médical en France. Le cannabis à usage médical peut être utile pour les patients dans certaines situations cliniques et en cas de soulagement insuffisant ou de mauvaise tolérance des traitements disponibles médicamenteux ou non.

En savoir +

Suspension de l'AMM de PICATO (maléate d'ingénol)

A la suite de la réévaluation en cours du rapport bénéfice/risque, l'EMA a décidé de suspendre l'AMM de PICATO. Le maléate d'ingénol utilisé dans le traitement des kératoses actiniques fait l'objet d'une surveillance particulière sur un éventuel sur-risque de certains cancers cutanés dans la zone traitée.

En savoir +

Durée de prescription du tramadol réduite à 3 mois

Afin de limiter les risques de mésusage et de dépendance, la durée maximale de prescription du tramadol sera réduite à 3 mois à partir du 15 avril 2020. Le tramadol indiqué dans le traitement des douleurs modérées à intenses expose à un risque de dépendance et peut être à l'origine de convulsions. Afin d'éviter un syndrome de sevrage, la posologie doit être diminuée progressivement avant l'arrêt du traitement.

En savoir +

Pages