Rappel des règles de bon usage du paracétamol

En cas de douleur ou de fièvre, notamment dans un contexte d'infection comme le COVID-19, l'ANSM recommande aux patients et aux professionnels de santé de privilégier le paracétamol en respectant les règles de bon usage: Prendre la dose la plus faible, le moins longtemps possible Respecter la dose maximale par prise et par jour ainsi que l'intervalle entre les prises Vérifier l'absence de paracétamol dans les médicaments concomitants Respecter les précautions d'emploi (adulte < 50 kg, insuffisance hépatique légère à modérée, insuffisance rénale sévère, ...) Par ailleurs, la vente sur Internet des médicaments à base de paracétamol, d'ibuprofène et d'aspirine est suspendue.

En savoir +

L'ANSM rappelle aux patients de toujours porter sur eux deux stylos d'adrénaline injectable EMERADE et aux personnes amenées à utiliser un stylo, de vérifier qu'il a bien été activé. Dans le cas contraire, il faut appuyer fortement, à deux mains si nécessaire, afin de forcer l'activation.  

En savoir +

Remise à disposition de BCG Medac

L'ANSM et l'AFU informent les professionnels de santé qu'à partir du 20 janvier 2020, le laboratoire Medac délivre 6 flacons de BCG Medac par patient en traitement d'induction de tumeurs de la vessie et 3 flacons par patient en traitement d'entretien. Néanmoins dans le contexte de tensions d'approvisionnement de BCG en instillation intravésicale, il reste obligatoire d'accompagner chaque demande de BCG Medac, du score du patient concerné.

En savoir +

Alternatives à DEPAMIDE et DEPAKOTE dans les troubles bipolaires

En raison des tensions d'approvisionnement en spécialités DEPAMIDE et DEPAKOTE, l'ANSM recommande de ne pas initier de traitement à base de valproate chez les patients présentant des épisodes maniaques du trouble bipolaire. Des alternatives existent : lithium, carbamazépine, antipsychotiques tels que rispéridone, quiétapine, olanzapine ou aripiprazole.

En savoir +

L'INCa et la HAS publient des recommandations sur les modalités de recherche du déficit en DPD dans le cadre de chimiothérapies comportant des fluoropyrimidines (5 Fluorouracile, capécitabine). En effet, une partie des toxicités des fluoropyrimidines est liée à un déficit partiel ou total d'activité de l'enzyme DPD. L'examen à réaliser est une mesure de l'uracilémie.

En savoir +

Bon usage des médicaments antidouleurs

Un flyer destiné aux patients sur le "bon usage des médicaments anti-douleurs" est disponible et téléchargeable pour diffusion. /sites/default/files/files/BUMA-Bon-usage-des-antalgiques-Version-impression-A5.pdf

En savoir +

A la suite de signalements d'erreurs médicamenteuses graves chez des nouvaux-nés, les prescripteurs doivent désormais indiquer sur les ordonnances de PHOSPHONEUROS (phospore élément) solution buvable en gouttes : l'âge et le poids du patient la posologie en nombre de gouttes par kilo par prise avec le nombre de gouttes par prise  et en nombre de prises

En savoir +

Suivi cardio-métabolique sous antipsychotiques

Les traitements par antipsychotiques peuvent être à l'origine d'une prise de poids et de troubles métaboliques comme le diabète et/ou une dyslipidémie. Une recherche des facteurs de risque du patient devra être effectuée avant le début du traitement et une surveillance étroite devra avoir lieu en cours de traitement et porter sur le poids, la glycémie, la pression artérielle et le bilan lipidique.

En savoir +

Recommandations pour la prise en charge des patients sous ANDROCUR

A la suite d'une augmentation du risque de survenue de méningiome chez les patients traités par acétate de cyprotérone (Androcur et génériques) à fortes doses pendant plus de 6 mois, il est recommandé de : respecter les indications et de réserver Androcur aux patientes présentant un hirsustisme sévère avec retentissement sur leur vie psycho-affective et sociale réévaluer le traitement chaque année proscrire les utilisations prolongées et les fortes doses réaliser une imagerie cérébrale par IRM en début de traitement pour tous les patients arrêter définitivement le traitement en cas de découverte de méningiome

En savoir +

ACTILYSE chez l'adolescent de 16 ans ou plus

ACTILYSE (altéplase) peut être utilisé chez les adolescents de 16 ans ou plus dans l'AVC ischémique à la phase aiguë. Les modalités d'utilisation sont les mêmes que celles destinées à la population adulte. Cependant, les connaissances sur la sécurité et l'efficacité d'ACTILYSE dans cette population sont limitées.

En savoir +

Pages