Le valproate utilisé dans le traitement de l'épilepsie et des troubles bipolaires est contre-indiqué chez les femmes enceintes ou susceptibles de le devenir. La commission européenne a entériné cette contre-indication et les mesures de réduction des risques mises en place par l'ANSM et demande l'application de mesures additionnelles à partir de fin juin 2018.

En savoir +

Prudence avec la mélatonine

L'ANSM rappelle : que la réalisation de préparations à base de mélatonine doit être réservée aux patients ne pouvant recevoir CIRCADIN l'avis de l'ANSES concernant les risques liés à la consommation de compléments alimentaires contenant de la mélatonine que les effets indésirables rapportés à la pharmacovigilance étaient d'ordre neurologique (syncopes, somnolence, céphalées, convulsions), psychiatrique (anxiété, troubles dépressifs), dermatologique (rash, éruptions maculopapuleuses)  et gastroentérologique (vomissement, constipation, pancréatite aiguë).

En savoir +

Fuites avec des seringues de vaccins GSK

Les fuites au niveau des seringues de plusieurs vaccins ne posent pas de problème pour la stérilité, mais le risque potentiel serait un sous-dosage ne protégeant pas suffisamment les patients contre la maladie après immunisation. Des recommandations ont été émises selon les situations. Si la fuite se produit pendant la reconstitution des vaccins, ne pas utiliser la seringue concernée Si la fuite se produit pendant l'injection et est minime --> pas de dose supplémentaire et est importante --> administrer une nouvelle dose le jour même ou 3 semaines plus tard

En savoir +

En raison de signalements d'atteintes hépatiques graves chez des patientes traitées par ESMYA, le comité de pharmacovigilance européen recommande : de ne pas initier de traitement par ESMYA chez de nouvelles patientes de ne pas débuter de nouveaux cycles de traitement chez des patientes précédemment traitées d'effecteur un bilan hépatique au moins une fois par mois pour les patientes en cours de traitement Si la patiente présente des symptômes d'atteinte hépatique (nausées, vomissements, douleur de l'hypochondre droit, ictère, ...), des investigations doivent être immédiatement réalisées. En cas de transaminases supérieures à 2N , il faut arrêter le traitement et renouveler le bilan hépatique 2 à 4 semaines après l'arrêt d'ESMYA. /sites/default/files/files/Recommandations/Fiche%20patiente%20ESMYA_fev%202018.pdf

En savoir +

Risque d'atteinte hépatique sous ESMYA

Des signalements d'atteinte hépatique grave ont été rapportés chez des patientes traitées par ESMYA (ulipristal) pour un fibrome utérin. L'EMA recommande donc de réaliser un bilan hépatique avant toute initiation de traitement par ESMYA et d'interrompre le traitement si la patiente présente des signes cliniques tels que nausées, vomissements, douleurs de l'hypochondre droit, ictère, etc..

En savoir +

Mois sans tabac

Des traitements de substitution à la nicotine (dispositifs transdermiques, gommes à mâcher, pastilles, inhalateurs, sprays) entrent dans le programme de sevrage tabagique. L'ANSM a participé à l'élaboration de bonnes pratiques dans le cadre de l'arrêt du tabac du fait de son expertise sur l'évaluation des médicaments utilisés dans le sevrage tabagique.

En savoir +

L'ARS Nouvelle-Aquitaine rapporte le signalement d'effets indésirables graves chez des patients ayant reçu une prémédication par Phenergan administré en IV avant une chimiothérapie dans un contexte de difficultés d'approvisionnement en Polaramine injectable. L'ANSM recommande de ne pas utiliser Phenergan injectable en dehors de l'indication de l'AMM (traitement symptomatique de l'urticaire aiguë chez l'adulte). /sites/default/files/files/Recommandations/Info-Phenergan%20IV.pdf  

En savoir +

Nouvelles données d'efficacité et de sécurité du GINKOR Fort gélules

A la suite de la réévaluation des données d'efficacité et de sécurité du GINKOR Fort (Gingko biloba/heptaminol), des précisions ont été apportées au RCP et à la notice. GINKOR Fort ne doit pas être utilisé pendant la grossesse et l'allaitement. La prudence est recommandée chez les patients à risque hémorragique ou traités par anticoagulant ou antiagrégant plaquettaire Risque d'hypertension

En savoir +

Posologie maximale du baclofène en RTU : 80 mg par jour

L'utilisation du baclofène est associée à un risque accru d'hospitalisation et de décès. Ce risque augmente avec la dose qui doit être limitée à 80 mg par jour dans la dépendance à l'alcool.

En savoir +

L'ANSM met à disposition des établissements de santé une affichette afin de limiter les erreurs médicamenteuses liées à l'administration de chlorure de potassium (KCl). Elle rappelle que le KCl en solution hypertonique doit être administré par perfusion intraveineuse lente, uniquement après dilution.

En savoir +